Les marins de MyFerryLink délogés des voies d’accès au tunnel sous la Manche, trafic suspendu

Par : AFP
bbac964f527f5ac0981e43195f1df7643e9454ee.jpg
Tunnel sous la Manche: trafic suspendu dans les deux sens, pneus en feu sur les voies (Photo : Denis Charlet)

[23/06/2015 15:48:00] Calais (AFP) Quelque 200 marins de MyFerryLink en grève se sont introduits mardi après-midi sur les voies du terminal d’accès au tunnel sous la Manche près de Calais pour y brûler des pneus afin de protester contre la vente de leurs bateaux au concurrent DFDS Seaways, avant d’être délogés par les CRS.

Le trafic du tunnel sous la Manche était en conséquence “suspendu dans les deux sens”, pour une durée indéterminée en raison de la nécessité d’inspecter les voies par mesure de sécurité, a rapporté une porte-parole d’Eurotunnel.

“Il y a eu une intrusion de personnes en grève du port (de MyFerryLink, ndlr) qui sont rentrées dans notre terminal, se sont mises sur les voies et ont fait brûler des pneus”, a indiqué cette porte-parole.

Eurostar a indiqué que ses trains ne circuleraient plus de la journée.

A l’aide de bombes lacrymogènes, à mi-chemin entre la sortie du tunnel et la gare Eurostar de Fréthun, la cinquantaine de CRS mobilisés a dispersé quelque 200 manifestants, sous l’oeil d’un hélicoptère de la gendarmerie, a constaté l’AFP.

Les manifestants étaient plus nombreux que lors de l’action de blocage du tunnel puis du port, le matin, notamment grâce au renfort des personnels sédentaires de la compagnie.

Ils ont indiqué à l’AFP leur intention d’organiser mardi en fin d’après-midi une opération escargot avec leurs véhicules sur l’A16 aux abords du tunnel, en évitant les secteurs d’accès à l’agglomération de Calais pour ne pas occasionner de désagrément aux habitants.

Les événements ont entraîné tout le long de la journée d’importants bouchons sur l’autoroute A16 et les voies d’accès. Les camions grossissaient la file d’attente.

Les CRS restaient mobilisés alors que de nombreux migrants tentaient de monter sur les camions arrêtés.

Les marins de MyFerryLink avaient bloqué le matin le tunnel pendant près de six heures, avant d’être délogés des voies de l’autoroute A16 par les forces de l’ordre, vers 10H00.

Les bateaux restaient en revanche toujours à quai, à la mi-journée. DFDS était ainsi contrainte de rediriger son trafic vers le port voisin de Dunkerque (Nord) et la compagnie P&O de rediriger ses clients… vers DFDS.

“Nos services ont été interrompus à Calais. Cela résulte de la décision d’Eurotunnel d’affréter puis de vendre deux de leurs navires à DFDS, ceci dans un délai très court et sans qu’apparemment les parties n’engagent de démarche constructives avec le personnel de MyFerryLink”, a déclaré Helen Deeble, directrice exécutive de P&O, dans un communiqué.

-120 salariés repris ?-

“Il est hors de question que DFDS prenne nos navires, jamais. Si vous voulez passer un été chaud il faut venir à Calais”, a menacé Eric Vercoutre, secrétaire général du Syndicat maritime Nord, joint par l’AFP.

“Le gouvernement français doit faire pression sur (le PDG d’Eurotunnel Jacques) Gounon”, a-t-il déclaré. Le syndicat, très mobilisé et largement majoritaire au sein de la compagnie MyFerryLink, est à la tête de la Scop qui exploite les bateaux dont Eurotunnel est propriétaire.

Les éventuels repreneurs ont jusqu’à mercredi 15H00 pour déposer un dossier de reprise des bateaux. La Scop entend faire valoir le sien.

“On est aidés par la région, le département, on a une offre qui reprend les 600 salariés”, a dit le syndicaliste.

La colère des personnels de MyFerryLink est d’autant plus grande que courent des rumeurs alarmantes sur le nombre de salariés susceptibles d’être repris par DFDS.

Régulièrement, le chiffre de 120 salariés revient, mentionné par les syndicats. Il est également avancé par le député socialiste de Calais Yann Capet, comme “le fruit d’une analyse de tous les bruits qu’on entend”.

“Il y a eu une offre de reprise de P&O, qui sur le plan social est sans commune mesure avec ce qui semble être proposé et dont on aura la vérification demain”, a déclaré à l’AFP M. Capet.

“Quand on est grand patron, on doit faire preuve de responsabilité, et la responsabilité sociale des entreprises ne doit pas être qu’un slogan”, a-t-il ajouté, “furieux”.

“Monsieur Gounon nous a vendu à notre pire ennemi, et aujourd?hui on est un peu désarmé, il y a des politiques qui bougent et forcément on attend des réunions, et pourquoi ils veulent vendre à la DFDS et non pas à la scop SeaFrance”, a déclaré un des marins grévistes à l’AFP.

Selon une source proche du dossier, le blocage du port pourrait durer au moins jusque vers 19H00.