La Russie perd des habitants : quelles sont les causes et les conséquences ?

La population russe a affiché un déclin sur une année passant de 146,3 millions d’habitants début 2023 à 146,2 millions une année plus tard, selon des données préliminaires publiées par le Service fédéral des statistiques de Russie (Rosstat).

La majeure partie de la population de la Fédération de Russie vit dans les villes avec 109,6 millions de personnes, contre 36,6 millions de Russes résidant en milieu rural, précise Rosstat, notant que la baisse de la population rurale en Russie correspond à la tendance mondiale à l’urbanisation.

Entre janvier et novembre 2023, le déclin naturel de la population, calculé en déduisant le nombre de naissances du nombre de décès, a baissé de 19,3% par rapport à la même période en 2022, passant de 543.400 personnes à 438.300 personnes, ajoute-on de même source.

Parmi les principaux facteurs à l’origine du déclin de la population entre janvier et novembre 2023, Rosstat cite une baisse du taux de natalité (- 3%) et du taux de mortalité (- 8,1%).

Selon de récentes projections publiées par Rosstat vers la mi-janvier, la population russe pourrait chuter à 130 millions d’habitants d’ici 2046 en raison de la baisse de l’immigration et du faible taux de natalité.

Dans sa projection basse, le service s’attend à ce que la population russe atteigne 130,6 millions d’habitants d’ici 2046, contre 150,87 millions d’habitants pour sa projection haute.

Le scénario de base de Rosstat table, lui, sur une population de 138,8 millions d’habitants en 2046.