L’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) a salué, mercredi 20 juillet 2022, l’avancée des négociations entre la Tunisie et le Fonds monétaire international (FMI). Le patronat appelle le gouvernement à engager rapidement les réformes socioéconomiques et financières structurelles.

En effet, exprimant son soutien aux efforts du gouvernement tunisien en vue de la conclusion d’un nouvel accord de financement avec le fonds, l’UTICA estime nécessaire d’accélérer les réformes structurelles afin de faire face à la crise actuelle marquée notamment par la dégradation des finances publiques due aux augmentations des prix des produits de base et pétroliers sur les marchés internationaux dues à la guerre russo-ukrainienne.

Dans ce cadre, l’organisation patronale met l’accent sur l’impératif de rationnaliser la subvention et de l’orienter vers ses bénéficiaires.

Parallèlement, l’UTICA appelle également à accélérer la digitalisation, à libérer l’investissement – notamment dans le secteur des énergies renouvelables – et à consacrer la souveraineté alimentaire, sanitaire et énergétique du pays.

Dans cette optique, le patronat se dit prêt à collaborer avec le gouvernement afin de mettre en œuvre ces réformes ” essentielles afin de relancer l’économie nationale “.

Rappelons qu’une mission du Fonds monétaire international, conduite par Björn Rother, a séjourné à Tunis du 4 au 18 juillet 2022 pour discuter d’un éventuel soutien financier du FMI au programme de politiques et de réformes économiques des autorités.

Au terme de cette mission, Björn Rother avait déclaré, dans un communiqué publié dans la soirée de mardi 19 courant, que les discussions sur un nouvel accord au titre du Mécanisme élargi de crédit (MEDC) destiné à soutenir les politiques et les réformes économiques des autorités ont été ” fructueuses “.

Elles se poursuivront au cours des prochaines semaines en vue de parvenir à un accord au niveau des services, ajoutant au passage que tout accord final sur un programme sera soumis à l’approbation du Conseil d’administration du FMI.

Selon lui, les autorités tunisiennes et les services du FMI ont réalisé ” des progrès satisfaisants concernant les paramètres des politiques et réformes économiques des autorités qu’encadrera un programme appuyé par le FMI.

Le chef de mission du FMI s’est félicité, dans ce contexte, ” de l’ouverture du gouvernement et des partenaires sociaux à mener un dialogue constructif sur la mise en œuvre d’un programme de réforme soucieux de la dimension sociale et propice à la croissance