La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) a appelé à mettre l’accent sur le développement des sociétés de commerce d’exportation (ETC) publiques et privées en Afrique pour renforcer la participation des petites et moyennes entreprises (PME) du continent au commerce mondial. La vice-présidente exécutive d’Afreximbank, Kanayo Awani, a prononcé ce message lors de l’Exposition internationale africaine qui s’est tenue en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Elle a souligné que les PME africaines qui se lancent directement dans le commerce international font face à une concurrence féroce de la part des multinationales et des grandes entreprises, ce qui limite leurs chances de succès. Pour relever ce défi, elle a mis en avant l’exemple de l’Asie, qui a créé des ETC servant de passerelles vers les marchés mondiaux pour les PME. Ces ETC jouent un rôle d’agrégateurs, favorisant des volumes d’échanges importants qui résistent mieux à la concurrence.

Le faible niveau de participation des PME africaines aux chaînes de valeur mondiale reflète, selon Mme Awani, un échec des politiques institutionnelles. Elle a donc appelé à la mise en place de systèmes de soutien solides, visant à développer les capacités des PME, à protéger contre la concurrence déloyale et à faciliter l’accès aux marchés régionaux et au financement. Ces mesures sont considérées comme cruciales, notamment dans le contexte de la mise en œuvre de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf).

Afreximbank a longtemps placé les PME au cœur de ses initiatives, en proposant des instruments financiers uniques pour lever les contraintes de financement auxquelles sont confrontées les PME africaines. Parmi ces instruments figure l’affacturage, dont la Banque a parrainé la loi dans plusieurs pays africains. De plus, Afreximbank facilite l’accès des PME au marché grâce à l’Africa Trade Gateway, un écosystème numérique visant à éliminer les barrières non tarifaires.

La Banque soutient également les PME par le biais du Club TRADAR, qui offre des outils numériques et des opportunités de réseautage, ainsi que par le Système panafricain de paiement et de règlement, permettant d’effectuer des paiements en monnaies nationales pour les importations en provenance du continent. Afreximbank a également créé le Fonds de développement des exportations en Afrique pour soutenir les start-ups et les PME émergentes.

La Banque a également lancé le programme Creative Africa Nexus (CANEX), doté d’un milliard de dollars, pour stimuler l’industrie créative africaine. Cette industrie, en pleine croissance, est devenue l’un des secteurs les plus dynamiques du continent. Afreximbank a déjà décaissé environ 120 millions de dollars pour soutenir cette industrie en plein essor.

En conclusion, Afreximbank plaide en faveur du développement des ETC en Afrique pour renforcer la compétitivité des PME sur la scène internationale. Ces mesures visent à aider les PME africaines à accéder efficacement aux marchés mondiaux, à renforcer leur capacité à concurrencer les multinationales et à favoriser la croissance économique à travers le continent.