Un mémorandum d’accord vient d’être signé, entre le bureau d’ONU-Habitat en Tunisie et l’université Gustave Eiffel en France, afin de créer un ” Living-Lab ” (laboratoire vivant), dans l’objectif d’accompagner la transformation des villes tunisiennes et d’assurer l’inclusion des plus démunis dans le cadre de la mise en œuvre de l’Agenda 2030.

Un Living-Lab est ” une méthodologie de recherche en innovation menée par une réunion d’acteurs publics, privés et de citoyens qui travaillent en concertation continue, plutôt qu’en vase clos, pour concevoir, améliorer et valider dans le vécu, des produits, des services, des technologies, des outils “, selon la définition du livre blanc des Living Labs.

L’accord a été signé, lors d’une cérémonie virtuelle tenue mercredi, par le représentant du bureau régional pour les pays arabes d’Onu-Habitat, Erfan Ali et la vice-présidente internationale de l’université Gustave Eiffel, Agnès Julien, indique un communiqué de l’agence onusienne.

Ce mémorandum portera sur le développement de trois axes, à savoir des villes transformées et inclusives, l’inclusion des personnes les plus vulnérables et le soutien à la mise en œuvre des Objectifs du développement durable (ODD), notamment l’ODD n°11 qui appuie toutes les actions pour faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.

Avec cette collaboration, l’agence onusienne veut promouvoir la protection sociale des catégories les plus démunies et encourager à tirer profit de leur expérience et de leur rôle au sein de la communauté dans le respect de leurs droits et de leurs besoins.