Tunisie : Liste des accusés dans les quatre affaires du clan Ben Ali-Trabelsi

Par : Hamza

Lors d’une conférence de presse tenue, mercredi matin (26 janvier 2011), au
siège du département, en présence des représentants des médias nationaux et
internationaux, et de plusieurs avocats et présidents d’associations, le
ministre Lazhar Karoui Chebbi, a souligné qu’il y a lieu de diviser ces affaires
en quatre catégories : la conspiration contre la sûreté intérieure, l’attentat
ayant pour but d’inciter les gens à s’armer les uns contre les autres et
l’acquisition de biens corporels mobiliers et immobiliers et les placements
financiers illicites à l’étranger, en plus de la détention et de l’émission de
devises par voie illégale, outre la tentative de transfert de devises sans
préavis de la Banque centrale, l’introduction d’armes et de munitions sur le
territoire tunisien et leur port, leur détention et leur commercialisation sans
autorisation préalable.

Première affaire:

Six personnes sont impliquées dans cette affaire et qu’elles sont toutes en état
d’arrestation. Il a précisé que ces personnes appartiennent au corps de la
sécurité présidentielle, dont l’accusé Ali Seriati ainsi que Mohamed Ali Smaïi,
Marouene Bennouri, Naceur Chniti, Mohamed Mongi Ben Haj Chebbi, Mohamed Ben
Mohamed Mohsen Dridi.

Deuxième affaire:

Elle englobe le président déchu, sa femme et un nombre important de leurs
proches, dont certains ont été arrêtés et d’autres sont en état de fuite,
ajoutant que les enquêtes sont en cours à leur égard devant l’instruction, et
qu’il est possible d’ajouter d’autres coupables.

Troisième affaire:

Cette affaire concerne des transferts de devises sans préavis et sans
autorisation préalable de la part de la Banque centrale de Tunisie et la
participation à cet agissement illicite. Le nombre de personnes accusées dans
cette affaire s’élève à 25, dont des proches du président déchu, qui sont soit
en état d’arrestation et sujet d’enquête, ou en état de fuite et au sujet
desquels des mandats d’amener internationaux ont été émis, ceci outre l’émission
de plusieurs mandats internes et internationaux afin de réclamer la saisie et le
gel des biens et des comptes courants qui en relèvent, et l’existence de jeunes
âgés entre 16 et 17 ans, impliqués dans cette affaire et au sujet desquels le
juge d’instruction procédera à la division de leurs affaires et les déférera
devant le juge des mineurs.

Quatrième affaire:

Elle concerne l’introduction d’armes et de munitions en Territoire tunisien, le
ministre a indiqué que le nombre d’accusés dans la présente affaire s’élève à
neuf, dont la majorité sont en état de fuite et qui sont l’objet de mandats
d’amener et de mandats judiciaires en vue de geler leurs biens et avoirs.

Le ministre de la Justice a souligné que les derniers événements qui se sont
produits dans le pays ont engendré de nouveaux accusés, à savoir les individus
qui ont attaqués les citoyens désarmés en pleine nuit et procédé à des actes de
pillage, de destruction, de vol et d’incendie. Il a précisé que 698 individus
ont été déférés devant la justice sans prendre en considération ceux qui sont en
état de fuite, et que 133 individus ont été libérés, dont les dossiers de 31
individus ont été classés et les autres sont en cours

Au sujet des prisons, M. Lazhar karoui Chebbi a indiqué que le nombre de détenus
est de 31 mille dont 11 mille 29 prisonniers sont actuellement en état de fuite
suite aux derniers évènements et 1532 sont revenus après l’appel lancé par le
ministère de la Justice à travers les médias. Il a lancé un appel aux
prisonniers en fuite à retourner aux prisons afin qu’ils ne soient pas privés de
l’amnistie générale et de la libération conditionnelle.

Il a affirmé qu’il a été procédé à la libération de 2460 prisonniers et que des
affaires sont en cours devant les tribunaux.

Il a ajouté, dans ce contexte, que le ministère est en train de mettre en place
un nouveau mécanisme afin de permettre la libération de plusieurs détenus,
notamment les prisonniers âgés de plus de 60 ans et les mineurs, outre, les
prisonniers qui ont observé la moitié de la peine.