Du pétrole à Hammamet

Par : R.B.H
 
 

petrole_020206.jpgOn apprend que la société britannique Plectrum Petroleum va acquérir
90% de la société tunisienne REAP Tunisie et par conséquent de 50 % des
intérêts et des droits d’exploitation du Bloc Nabeul, au large du Golfe de
Hammamet. L’acquisition reste tributaire cependant de l’accord des autorités
tunisiennes de tutelle.

A terme, Plectrum possédera 50 % des intérêts en qualité d’opérateur. L’ETAP
possédera les autres 50%. Il s’agit d’un gisement de pétrole
particulièrement bien situé pour l’utilisation par Plectrum des nouvelles
technologies de prospection telles que les techniques électromagnétiques en
matière d’imagerie.

Un premier versement de 250.000 livres sterling sera suivi d’un accord
sur 2,5 millions de livres sterling pour un programme établi de
travaux. Le vendeur recevra par ailleurs d’appréciables royalties sur le
permis.

Le Bloc Nabeul est situé dans le Golfe de Hammamet, adjacent à d’autres
concessions pétrolières attribuées à d’autres opérateurs, dans des
profondeurs se situant entre 250 et 800 mètres. Le Bloc couvre une superficie de 3352
km2 (qui équivaut à 13 blocs offshores en Mer du Nord) et la phase initiale
du permis de prospection s’étendra jusqu’au 24 janvier 2008.

Trois autres périodes d’exploration pour une durée maximale de cinq ans
chacune sont également possibles. Le programme de travail proposé prend en
compte le retraitement des donnés sismiques disponibles, l’acquisition d’un
grid sismique moderne conventionnel en 2D et le modelage pour confirmer que
l’usage de l’imagerie électromagnétique et celui de la technique marine du “Magnetotelluric”
sont appropriées dans ce Bloc.

L’acquisition de ce permis d’exploration, hautement prometteur en Afrique du
Nord, fait partie de la politique d’identification d’opportunités
d’exploration adoptée par la société britannique. Plusieurs sites
prometteurs, qui sont capables de fournir des volumes importants en pétrole
(100 mmboe), ont déjà été identifiés dans les sables de Birsa dans ce Bloc,
indique un responsable de l’entreprise. A terme, l’objectif sera de mieux
apprécier ces volumes potentiels avant de s’engager sur un gisement
d’exploration.


R.B.H.