Terrorisme : après les écoutes, Washington espionne les transactions financières

Par : AFP
 
 
SGE.JXQ05.230606183249.photo00.quicklook.default-245x184.jpg
L’Agence de sécurité nationale (NSA), le 25 janvier 2006 à Fort Mead, dans le Maryland (Photo : Paul J.Richards)

[23/06/2006 18:34:14] WASHINGTON (AFP) Le gouvernement américain espionne depuis près de cinq ans des transactions financières internationales pour lutter contre le terrorisme, dans une traque qui rappelle le controversé programme d’écoutes des citoyens américains.

L’affaire, révélée vendredi par la presse qui s’inquiète de possibles atteintes à la vie privée, a été rapidement confirmée par le gouvernement.

“Je suis particulièrement fier de notre programme de chasse aux financement du terrorisme” qui “suit minutieusement la trace des transactions financières de terroristes étrangers présumés”, a affirmé le secrétaire au Trésor John Snow.

Ce programme secret a été lancé après les attentats du 11 septembre 2001. Il a permis au Trésor de passer au crible les informations de Swift, une entreprise basée en Belgique qui joue le rôle d’intermédiaire dans la plupart des transactions financières mondiales.

Swift (Society for Worlwide Interbank Financial Telecommunication) ne gère pas les transferts, mais les informations sur ces transferts, pour le compte de 7.800 organismes financiers.

Le gouvernement a justifié le bien-fondé de ce programme par la nécessité de lutter contre le terrorisme.

“En suivant les flux d’argent, les Etats-Unis ont été capables de localiser les activistes et leurs financiers, repérer des réseaux terroristes et aider à les traduire en justice et à sauver des vies”, a souligné M. Snow.

Selon le New York Times, le programme aurait ainsi permis la capture de Riduan Isamuddin, plus connu sous le nom de Hambali, l’ancien chef opérationnel du mouvement Jamaah Islamiyah auquel a été attribué l’attentat du 12 octobre 2003 à Bali qui avait fait 202 morts.

Le Trésor a assuré qu’il ne s’agissait pas d’avoir accès à des informations violant la vie privée des Américains. Mais depuis sa mise en route, des transactions effectuées par des milliers d’Américains ou autres ont été passées au crible, selon la presse.

La question de la légalité de ces méthodes a aussitôt fait surface.

“Le département de la Justice a examiné ce programme. Nous pensons qu’il est légal”, a assuré le ministre de la Justice Alberto Gonzales.

Plusieurs experts estiment cependant que le gouvernement a exploité une “zone grise” du droit, selon le New York Times.

Ces révélations ont aussi provoqué des froncements de sourcils dans l’opposition au Congrès. “Si le gouvernement veut combattre le terrorisme légalement, il doit demander l’autorité pour le faire”, a affirmé un parlementaire démocrate du Massachusetts, Ed Markey.

Pour le New York Times, il s’agit d’une nouvelle tentative du gouvernement “pour démanteler les barrières légales ou institutionnelles protégeant l’accès aux informations privées concernant les Américains”.

Cette traque financière fonctionne en effet en parallèle avec la surveillance clandestine des communications internationales menée depuis plusieurs années par la très secrète Agence de sécurité nationale (NSA).

L’existence de ces écoutes, révélée il y a six mois, a soulevé une énorme controverse politique aux Etats-Unis, l’opposition démocrate jugeant ces écoutes illégales, ce que conteste la Maison Blanche.

“Les programmes secrets de la NSA et du Trésor ont permis de créer des bases de données sans précédent sur des transactions privées, dont la plupart concernent des gens qui n’intéressent pas les enquêteurs sur le terrorisme”, s’est ému vendredi le Washington Post.

De son côté M. Snow a jugé “regrettable” la divulgation du programme.

“Notre inquiétude est que cela aide les terroristes maintenant qu’ils connaissent nos sources et nos méthodes”, a-t-il ajouté, en reconnaissant que le gouvernement avait tenté de convaincre les journaux de ne pas publier leurs articles.

 23/06/2006 18:34:14 – © 2006 AFP