Un accord visant à renforcer le rôle du secteur bancaire et financier dans l’appui à la mise en œuvre de la stratégie nationale de transition énergétique a été conclu, mardi, à Tunis, entre l’Agence Nationale de Maîtrise de l’Energie (ANME) et le Conseil Bancaire et Financier (CBF).

Signé par le directeur général de l’ANME, Fethi Hanchi et le président du CBF, Néji Ghandri, cet accord vise à développer les mécanismes de financement des projets dans les secteur des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, et ce, dans l’objectif de contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon un communiqué publié par l’ANME.

En vertu de cet accord, un programme baptisé ” Green banking initiative” sera lancé afin d’inciter les banques et les institutions financières à réduire leur empreinte carbone, en privilégiant le recours aux énergies renouvelables et l’adoption de mesures garantissant l’efficacité énergétique.

Un guide d’application des mécanismes de financement proposés par le Fonds de Transition Énergétique (FTE), les banques et les institutions financières dans le cadre de l’appui à la transition énergétique sera également élaboré.

L’accord prévoit aussi l’accélération du financement des projets verts et la mise en place d’une plateforme visant à calculer le bilan carbone des activités du secteur bancaire et financier.

Il s’agit aussi de programmer des formations au profit des cadres des deux organismes et des campagnes de sensibilisation conjointes.

Lors de la cérémonie de signature, le directeur général de l’ANME, Fethi Hanchi a déclaré que la conclusion de cette accord permettra de soutenir les efforts visant à accélérer la transition énergétique en Tunisie et améliorer l’accès à une énergie durable, ajoutant que ces objectifs nécessitent des investissements colossaux qui pourront être réalisés grâce à cet accord.

De son côté, le président du CBF, Néji Ghandri a souligné que la signature de cet accord marque le début d’une nouvelle étape de partenariat avec l’ANME, affirmant l’attachement de son secteur à soutenir les initiatives en matière d’énergie verte.

En 2022, la Tunisie a révisé son ambition quant à la part des énergies renouvelables dans la production d’électricité à 35% au lieu de 30% en 2030.