Electricité : le gouvernement exclut toute rupture d’approvisionnement

Par : AFP
photo_1291305757933-2-1.jpg
é de l’Industrie, de l’Énergie et de l’Économie numérique participe le 01 décembre 2010 à Paris, à une conférence de presse. (Photo : Eric Piermont)

[02/12/2010 16:05:11] PARIS (AFP) Le gouvernement a exclu jeudi toute rupture d’approvisionnement en électricité en dépit des fortes consommations liées au grand froid, alors que des associations de consommateurs réclament l’arrêt des coupures d’énergie pendant la trêve hivernale.

“Il n’y a pas de rupture d’approvisionnement”, a déclaré jeudi haut et fort Eric Besson, le nouveau ministre de l’Energie, en visitant le CNESS (Centre national d’exploitation du système électrique), situé à Saint-Denis, au nord de Paris.

Ce Centre est la “tour de contrôle” du réseau électrique français, où se gèrent l’offre et la demande d’électricité, minute par minute, 24 heures sur 24.

A 11h30, au moment de la visite du ministre, la consommation était de 86.633 MW, loin du record de 93.200 MW constaté en février dernier. Cette énergie est fournie notamment par les 51 des 58 réacteurs nucléaires français en service actuellement, alors que les températures moyennes constatées sont inférieures de 7° aux moyennes normales saisonnières.

Tous les réacteurs devraient tourner en janvier-février, période traditionnellement la plus froide de l’année.

“Aujourd’hui, la consommation est inférieure aux prévisions, car les températures sont légèrement plus douces que prévu” (-7° au lieu de -8° attendu), a déclaré Clotilde Levillain, directrice du CNESS. En temps normal, la température moyenne de début décembre tourne autour de 0° et -1°.

Jeudi, les regards des ingénieurs en place dans la salle de contrôle étaient tournés vers la Bretagne, classée en “alerte rouge Ecowatt”, et vers la région Paca, où la consommation est importante du fait du dynamisme économique et de la croissance démographique.

En Bretagne, la situation est rendue difficile par le fait que cette région ne produit que 8% de son énergie consommnée et qu’elle est tributaire de l’acheminement en provenance d’autres régions.

Pour la journée de jeudi, le CNESS s’attend à une consommation de 91.000 MW.

De son côté, la CLCV, une association de défense des consommateurs, a déploré dans un communiqué, que “les coupures d’énergie continuent, alors que notre pays connaît une vague de froid importante”. Selon l’association, il y a de plus en plus de ménages en “situation d’exclusion énergétique”, “avec son lot d’impayés et de coupures de gaz et d’électricité”.

“Il n’y a pas d’expulsion pendant l’hiver, il ne faudrait pas non qu’il y ait des coupures de gaz ou de courant”, a indiqué Thierry Saniez de la CLCV.

Du côté du gouvernement, on insiste sur les délais mis à disposition des abonnés qui ne payent pas leur facture. “L’abonné a au minimum 1 mois et demi pour payer, voire 2 mois, et s’il est reconnu être en situation précaire, il reçoit une aide”, selon un expert gouvernemental.

MM. Besson et Fréderic Lefebvre, secrétaire d’Etat chargé de la consommation, ont appelé par ailleurs les consommateurs à être vigilants, en cette période de grand froid, face aux démarchages à domicile de sociétés parfois peu scrupuleuses qui leur vendent des appareils de chauffage supposés être économiques, ou des fenêtres à double-vitrage, qui ne tiennent pas leurs promesses.

“Les personnes sont quelquefois amenées à signer n’importe quoi, il faut être vigilant”, indique une source proche du dossier.

Dans cette perspective, les ministres ont demandé à la répression des fraudes, en l’occurrence la DGCCRF, de “s’assurer de l’absence de pratiques abusives”, notamment les démarchage outranciers et “les publicités mensongères sur les réductions de prix, ou des performances” énergétiques attendues des matériels proposés à la vente.

http://www.energie-info.fr