Carburant : de nombreuses stations-service en rupture d’approvisionnement

Par : AFP
photo_1287055766057-1-1.jpg
à Paris le 14 octobre 2010 (Photo : Etienne Laurent)

[14/10/2010 11:34:05] PARIS (AFP) De plus en plus de stations-service sont à sec en raison du blocage des dépôts pétroliers qui s’ajoute à la grève dans les raffineries, a déclaré jeudi à l’AFP Alexandre de Benoist, délégué général de l’Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP).

“Nous sommes inquiets de voir nos stations qui ferment parce qu’elles sont en rupture d’approvisionnement”, a affirmé M. de Benoist, qui représente les enseignes de la grande distribution (Carrefour, Casino, Cora et Auchan).

“Nous en avons de plus en plus. C’est une situation qui se tend”, a-t-il ajouté.

Selon le représentant patronal, la pénurie dans certaines stations-service s’explique par la ruée des clients à la pompe –parfois deux fois plus nombreux qu’il y a un an à la même époque selon lui–, conjuguée au blocage de plusieurs dépôts pétroliers.

“Il y a des stocks abondants, on ne va pas manquer de produits pour peu que nos camions puissent accéder aux dépôts”, a-t-il affirmé.

Les dépôts pétroliers de Fos (Bouches-du-Rhône), Bassens (Gironde), et de la Compagnie industrielle et maritime (CIM) au Havre étaient bloqués jeudi matin par des manifestants.

“Nos camions doivent pouvoir charger leurs produits et approvisionner leurs points de ventes. Sinon, nos stations vont fermer”, a prévenu M. de Benoist.

Le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau a assuré jeudi sur LCI qu’il n’y aurait “pas de pénurie d’essence à la pompe”, malgré les grèves qui touchent 10 des 12 raffineries françaises.

“Nous avons ce qu’il faut pour au moins un mois” si les automobilistes ne font pas d’achats de précaution, a ajouté M. Bussereau.

Selon M. de Benoist, les stocks commerciaux des industriels représentent environ 8 jours d’approvisionnement. Au-delà, il faudra recourir aux stocks stratégiques de pétrole, selon lui.

“Les déclarations de M. Bussereau sous-entendent que les stocks stratégiques pourraient être mobilisés par le gouvernement en cas de situation d’extrême gravité”, a-t-il estimé.