500.000 internautes invités à décrire le contenu de leur assiette

Par : AFP
photo_1242048989665-1-1.jpg
à Paris après la présentation de l’étude Nutrinet-Santé (Photo : Boris Horvat)

[12/05/2009 09:07:52] PARIS (AFP) Fromage ou dessert, huile d’olive ou crème fraîche : une vaste étude scientifique a été lancée lundi par le biais d’internet pour mieux connaître les comportements alimentaires des Français, avec l’ambition de suivre un demi million de “nutrinautes” pendant cinq ans.

“Les déséquilibres nutritionnels représentent l’un des principaux facteurs, à moyen et long terme, de nombreux problèmes de santé”, a souligné devant la presse la ministre de la Santé Roselyne Bachelot, citant l’hypertension artérielle, les maladies cardio-vasculaires, les cancers ou le diabète.

L’objectif du programme “NutriNet Santé” est “d’affiner les hypothèses sur le rôle de l’alimentation et de l’activité physique sur les maladies et de mieux comprendre les facteurs qui déterminent les comportements alimentaires”, a expliqué à l’AFP son promoteur Serge Hercberg. Des informations qui serviront à améliorer les recommandations pour bien se nourrir.

Directeur d’une unité de recherche Inserm, le Pr Hercberg est président du comité de pilotage du Programme national nutrition santé (PNNS).

Les participants (de plus de 18 ans) vont être recrutés grâce à une campagne nationale impliquant aussi bien les boulangers, les bouchers, la Poste, la Fédération de gymnastique volontaire, des municipalités ou des sites internet comme doctissimo.fr ou meetic.fr.

“Vous devenez un acteur de la recherche, vous travaillez pour vous-même, vos proches et les générations futures”, a souligné le Pr Hercberg, qui fait le pari que le “sens civique” va mobiliser et fidéliser suffisamment de volontaires.

Le Pr Hercberg reconnaît qu’il y aura des “biais de sélection” (l’enquête fait appel aux seuls internautes par exemple), mais affirme qu'”on peut les contrôler”.

Il table sur l’outil, un site “convivial” (www.etude-nutrinet-sante.fr), adapté à des personnes qui n’ont pas une grande maîtrise d’internet. Il devrait permettre selon lui d’atteindre des populations qui échappent aux études traditionnelles.

Un quart des 33 millions d’internautes français a plus de 55 ans et 29% d’entre eux appartiennent aux catégories socio-professionnelles basses, a-t-il souligné. Côté chercheurs, internet permet d’automatiser le traitement des données.

Le programme surfe aussi sur la vague “communautaire” d’internet. Les “nutrinautes” auront accès à des dossiers médicaux, des jeux autour de la nutrition, des recettes, un forum, et recevront des informations à la fois scientifiques et ludiques (combien de bananes ont été mangées en France en un mois…).

Il leur faudra remplir, en ligne, des questionnaires sur leur alimentation, leur mode de vie, leur état de santé, leur activité physique, leurs poids et taille…

Le “kit d’inclusion” dans l’étude comporte 5 questionnaires, requérant au total deux heures de temps. Le nutrinaute doit détailler “trois journées alimentaires” : ce qu’il a mangé en 24 heures et dans quelles circonstances. Il est aidé en cela par des arborescences, des “associations” d’aliments destinées à pallier les oublis, et des images pour évaluer la taille des portions consommées.

Ce kit de base est actualisé chaque année. Entre temps, le nutrinaute est invité à remplir au maximum un questionnaire d’une vingtaine de minutes par mois.

Les résultats seront publiés “très régulièrement”, a précisé le Pr Hercberg, les premières données étant attendues au bout de 6 mois.

D’un coût d’environ un million d’euros par an, l’étude est financée par le ministère de la Santé et la Fondation pour la recherche médicale.