Zone industrielle Enfidha : Isnardo Carta met le turbo

 

entrepreneur240.jpgSix mois après la fin des travaux d’aménagement de la première tranche, et à
la faveur du lancement du chantier de l’aéroport d’Enfidha, le patron de la
société District Industriel Enfidha Tunisie (DIET), est en train de se
démener sur tous les fronts pour recruter des entreprises à héberger dans
cette zone industrielle.   

Passée par des hauts et des bas, la zone industrielle d’Enfidha est-elle
aujourd’hui mise sur orbite pour de bon ? Tout porte à le croire, et
notamment l’accélération du rythme du programme promotionnel de la zone
industrielle, dont M. Isnardo Carta, président directeur général de la
société District Industriel Enfidha Tunisie (DIET), s’est attribué la
charge, tellement il est vital pour le démarrage effectif et la réussite de
ce projet. 

Fortement démoralisé lorsqu’il y a près d’une année le gouvernement avait
décidé de reporter la construction d’un nouvel aéroport à Enfidha, le patron
de DIET a repris espoir et mis le turbo depuis que le projet a été
reprogrammé, et que le chantier du nouvel aéroport est sur le point d’être
lancé, à l’initiative du turc TAV, qui a remporté l’appel d’offres.  

Ainsi, le nombre d’actions promotionnelles (participations à des salons,
foires, rencontres d’hommes d’affaires, etc., menées par DIET en Tunisie et,
surtout, à l’étranger, en vue de «vendre» le concept de la zone industrielle
d’Enfidha, a fortement augmenté au cours des quatre premiers mois de 2007
(24 à fin avril), après être passé de 35 en 2005 à 39 en 2006.
Présent à la Foire de Tripoli en avril, M. Isnardo Carta recevra cette
semaine une délégation hongroise, à Tunis, avant de s’envoler pour Dubai, et
d’enchaîner en juin avec un déplacement à Alger pour le salon du bâtiment.
 

Et alors que la zone industrielle, dont la première tranche (le projet en
comporte quatre couvrant chacune 50 hectares) est opérationnelle depuis
octobre 2006, n’a à ce jour que trois «locataires», le nombre de ces
derniers (les entreprises peuvent louer ou acheter l’espace qu’elles
occuperont) pourrait augmenter fortement au cours des prochains mois,
puisque le patron de DIET est en train de négocier avec plusieurs
entreprises intéressées, dont une espagnole, une deuxième française, et un
groupe américain.  


M.M.