Bourse de Tunis : Chute du chiffre d’affaires d’ALKIMIA

Par : Hamza

La société Alkimia a publié ses indicateurs d’activité relatifs au 3ème trimestre 2016. Au cours des six premiers de l’année 2016, la production a enregistré une baisse de 4,58% par rapport à la même période de 2015 et 47,83% par rapport à la capacité nominale de l’usine, non pas à cause des troubles sociaux comme s’était le cas en 2015 mais pour des raisons commerciales.

Le volume de ventes de STPP a enregistré ainsi une baisse de 9,33% par rapport à la même période de 2015, passant de 54.450 à 49.369 tonnes. En effet, la fermeture de l’usine aux mois de juin et juillet 2015 a constitué un coup fatal, puisqu’à la reprise en août 2016 la plupart des clients se sont adressés à la concurrence ou ont décidé de substituer le STPP par d’autres produits moins chers, même de moindre efficacité.

Cette situation a perduré en 2016 en raison de la pression exercée par les concurrents russes et chinois, particulièrement sur l’Inde, marché cible de la Société où ils ont pratiqué des prix de vente de plus en plus bas.

Le chiffre d’affaires total a chuté d’environ 12,22%, passant de 102 714 498 DT au 30 septembre 2015 à 90 166 600 DT au 30 septembre 2016.

Les prix des matières premières, notamment l’acide phosphorique, ont enregistré des baisses depuis le début de cette année. Cette baisse n’a malheureusement pas profité à la société puisque la baisse des prix de vente du STPP a été plus importante.

Les investissements, enregistrés au 30 juin 2016, concernent notamment le renouvellement des outils de production et l’acquisition d’un système de cogénération pour un cout total de 6 000 000 DT, qui va contribuer à l’allègement de la facture énergétique.

Un client indien parmi les plus importants de la société a eu beaucoup d’impayés sur ses clients en Inde, ce qui l’a mis en difficulté et n’a de ce fait pas pu régler nos créances.

Alkimia a entrepris les démarches nécessaires auprès des compagnies d’assurance. Si ce client venait d’être déclaré insolvable, la société supportera une part de ces impayés compte tenu des dispositions des contrats d’assurance.