L’Internet mobile de Tunisiana : L’handicap du coût

Par : Hamza
 

L’Internet mobile de
Tunisiana 


L’handicap du coût

___________________________________

 

hmobile240.jpgSi
au niveau du réseau GPRS cela s’est largement amélioré à partir du mois de
mai 2006, surtout pour les types d’utilisations prévus pour cette catégorie
de connexions, c’est-à-dire la consultation de pages textes (mode WAP) d’une
taille de 10 à 20 kilos octets, les choses deviennent moins évidentes si,
occasionnellement, et en l’absence de connexions classiques (RTC ou ADSL),
on utilise ce type de connexion (débit observé de 45 Kbps maximum en
mode GPRS) pour accéder à une page de type HTML standard, dans ce cas et
même en bloquant l’affichage des images, la vitesse est plus poussive.

 

En mode EDGE, les choses auraient, probablement, été meilleures mais ce
réseau reste, pour l’instant, hors d’atteinte en dehors de Tunis.

 

Mais là où le bas blesse, c’est
au niveau du coût ; imaginez un responsable en vacances dans un lieu où il
n’y a pas de téléphone fixe et qu’il soit quand même obligé d’avoir des
échanges quotidiens minimums. Échanges de mails avec pièces jointes (de 50
Kilos octets en moyenne par jour), consultations d’une base d’informations
de l’entreprise en mode texte, gestion d’une série de problèmes d’accès vous
obligeant à changer de sites pour pouvoir envoyer un mail urgent,…

 

Ces petites séances de
connexions mobiles ont fini par coûter cher. J’ai noté que certaines de ces
séances de quelques minutes (2 à 20 minutes généralement) ont coûté jusqu’à
10 dinars ; d’ailleurs, ma première carte de recharge de 10 DT n’a pas tenu
la journée pour 2 ou 3 petites séances de connexions (depuis, j’ai été
obligé de passer sur le compte d’un abonnement post payé); mais j’en
conviens avec pas mal d’errements pour trouver les meilleures solutions
pouvant offrir les meilleurs rapports accès/coûts.

 

En faisant très attention, sans
pouvoir empêcher les recours à des solutions classiques en cas d’urgence, je
note sur le compteur de ma carte PCMCIA un total de 7220 Octets (envoyés :
1,5 M° – reçus : 5,55 M°) pour une durée cumulée de 1h19’ du 6/8/2006 à
22h59’ au 9/8/2006 à 14h ; soit un coût probable de 30 dinars en tenant
compte des paliers de facturation de 64 K°.

 

Le deuxième problème de coût de
l’offre actuelle Internet mobile est justement ce palier de 64K° (ce qui
veut dire que si votre mobile se déconnecte du réseau GPRS/EDGE alors que
vous n’avez utilisé que 20K°, vous serez facturé quand même pour 64K°) ; en
effet, entre les problèmes de paramétrages des mobiles pour garder une
connexion permanente, les problèmes du réseau qui vous déconnectent malgré
vous, la batterie qui rend l’âme et qui vous déconnecte du réseau, les bugs
de votre téléphone mobiles qui vous obligent à enlever la batterie et à
redémarrer votre mobile, les déconnexions volontaires pour fin de séance
pour les utilisateurs de cartes PCMCIA avec puce pour les accès mobiles, …
Tout cela fait pas mal de soldes non utilisés et qui seront quand même
facturés.

 

Le troisième problème du système
actuel de facturation concerne les clients post payés qui, s’ils activent
bien sûr le service Internet mobile, auront à payer un minimum de 10 dinars
; même si leur utilisation réelle est inférieure aux 2,5 M° par mois.

 

Nous testons ce service depuis
son lancement, en avril 2006, et nous croyons en l’intérêt et dans le
potentiel des services qui pourront être développés pour ce type de réseau ;
mais et dès le départ, l’élément coût ne doit ni être rédhibitoire ni être
décourageant pour les utilisateurs actuels et futurs.

 

Et Tunisiana n’a pas besoin
d’attendre l’offre du concurrent pour adopter une offre plus clémente
capable d’encourager l’utilisation de l’Internet mobile, et une facturation
au kilo octets consommé sans palier et sans minimum est à notre avis
nécessaire.

 

Pour les professionnels (gros
utilisateurs de ce type d’accès) une facturation à un coût dégressif serait
la bienvenue ; ainsi, plus on consomme plus le prix du kilo octets sera
faible. D’ailleurs et lors d’une récente table ronde organisée par Tunisiana,
M. Lee Robert, Co-DG, a annoncé pour les semaines à venir un pack Internet
mobile spécial entreprises, probablement mieux adapté que l’offre actuelle.

 

On convient que dans ces
problèmes de coûts, il y a pas mal d’utilisations inadaptées ; mais un
utilisateur lambda n’est ni forcément un technicien ni forcément un
utilisateur discipliné, un accès Internet est souvent pour lui une
navigation sur Internet tout court ; d’où l’importance, à notre avis, d’un
accompagnement permanent de la part de l’opérateur.

 

L’utilisateur doit être informé
et conseillé sur les utilisations de l’Internet mobile et dans les
différents types de situations : paramétrages, meilleurs options
d’utilisation du courrier électronique, choix
des sites adaptés aux accès mobiles, …

 

L’intérêt de l’opérateur est que
l’utilisateur trouve son équilibre entre services et coûts.


H.H.