Centres d’appels : Le recul des Français

Par : Hamza

Centres d’appels : Le recul des Français

 

Il y a quelques mois, le 13 octobre plus précisément, nous rapportions
nos craintes quant aux menaces qui pèsent sur les centres d’appels Français en Tunisie
(http://www.webmanagercenter.com/management/article.php?id=6887)
suite à un projet d’arrêté du ministère Français de l’Économie et des
Finances (avec à sa tête Nicolas Sarkozy à l’époque), imposant aux centres
d’appels d’annoncer leur lieu de résidence à tous leurs correspondants.

Le projet qui devait voir le jour incessamment, a été bloqué par le Premier
ministre français, Jean-Pierre Raffarin, a-t-on appris dans divers magazines
français. Ce projet a été bloqué pour une étude
complémentaire officiellement, mais il semble bien que la raison officieuse
en est toute autre.

Il semble que le tollé général provoqué par cette annonce a été derrière ce
recul du gouvernement et que ce projet pourrait se trouver en contradiction avec d’autres
mesures. A ce propos, le Figaro évoque dans un article intitulé «Label et la
bête» paru le mardi 21 décembre 2004, la question du CV anonyme.

Une mesure visant à donner plus de chances aux demandeurs d’emplois
originaires du Maghreb et qui s’estiment lésés à cause de leur patronyme.
Elle fait le parallèle avec le projet «sarkozyen» de l’obligation
d’imposer aux centres d’appels d’indiquer leur lieu de résidence aux
correspondants: « la remarquable logique politique de l’enchaînement : les
CV doivent être aveugles mais pas les coups de fil ! ! » ironise-t-elle
après avoir souligné que l’arrêté touchant les centres d’appels
laissait tout simplement entendre qu’une « réponse apportée non
franco-française était «forcément» moins bonne, voire fausse ».

Cette position de la journaliste a été des plus louables d’autant
plus qu’elle avait clairement souligné le recul des autorités à ce que nous
considérions le plus sérieusement du monde comme une véritable menace contre
les centres d’appels tunisiens, véritables pépinières d’emplois aussi bien à
Tunis qu’à Casablanca ou qu’à Dakar.
 

R.B.H.

 

27 – 12 – 2004 ::
07:00

 ©webmanagercenter – Management & Nouvelles Technologies
– Magazine en ligne