Wall Street à l’équilibre, le pétrole neutralise les pertes de Freddie Mac

Par : AFP
 
 
[06/08/2008 20:26:34] NEW YORK (AFP)

photo_1218031362956-2-1.jpg
La Bourse de New York, le 18 janvier 2008 (Photo : Mario Tama)

La Bourse de New York était à l’équilibre mercredi à la mi-séance, le net reflux des cours du pétrole permettant de limiter l’effet des lourdes pertes du géant du refinancement hypothécaire Freddie Mac: le Dow Jones cédait 0,17%, alors que le Nasdaq prenait 0,40%.

Vers 16H00 GMT, le Dow Jones Industrial Average (DJIA) reculait de 19,54 points, à 11.596,23 points, tandis que l’indice Nasdaq, à forte composante technologique, progressait de 9,42 points, à 2.359,25 points.

L’indice élargi Standard & Poor’s 500 points ne lâchait quant à lui plus que 2,27 points à 1.282,61 points (-0,18%).

“La baisse des prix du pétrole permet aux indices de repasser dans le vert”, commentaient les analystes du site d’informations financières Briefing.com.

Après avoir débuté la séance en nette baisse, les trois indices de Wall Street ont vu leurs pertes diminuer quand les cours du pétrole ont fortement chuté après une hausse inattendue des stocks de brut aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d’énergie.

Le pétrole cédait de nouveau près de 2 dollars mercredi, ce qui fait retomber les craintes sur les pressions inflationnistes et leurs conséquences sur la consommation, moteur de la croissance américaine.

Le Nasdaq est ensuite passé dans le vert, grâce à la solide performance trimestrielle du fabricant d’équipements de télécommunications par internet Cisco Systems (+6,43%), qui a par ailleurs confirmé ses objectifs de croissance à long terme.

Les investisseurs restaient néanmoins prudents en raison du retour au premier plan de la débâcle du secteur immobilier, faisait observer Al Goldman de la Wachovia Securities.

L’organisme du refinancement hypothécaire Freddie Mac a annoncé de lourdes pertes trimestrielles, soit trois fois plus que les pires craintes des analystes, en raison de nouvelles dépréciations d’actifs notamment.

Freddie Mac a également confirmé devoir lever de l’argent frais et diviser son dividende par cinq.

Freddie Mac et sa rivale Fannie Mae détiennent ou garantissent 5.200 milliards de dollars de crédits immobiliers, soit plus de 40% des prêts au logement aux Etats-Unis.

Les actions Freddie Mac (-11,44%) et Fannie Mae (-7,87%) étaient lourdement sanctionnées, entraînant dans leur sillage les autres valeurs financières.

La banque JPMorgan perdait 0,91%, Merrill Lynch 0,64%, Washington Mutual 1,92%, Wachovia 1,47%, et Bank of America 0,48%. Le premier assureur mondial AIG, qui doit publier ses résultats trimestriels après la clôture, reculait de 1,64%. Quant au rehausseur de crédit Ambac, qui a enregistré un bénéfice surprise au deuxième trimestre, il bondissait de 8,03%.

L’opérateur de télécoms Sprint Nextel lâchait 9,71% après une perte trimestrielle, alors que les analystes s’attendaient à un bénéfice. Sort identique pour le groupe de médias Time Warner, qui cédait 0,44% suite à des résultats trimestriels ressortis en deçà des attentes.

Les compagnies aériennes Delta Airlines (-0,80%) et NorthWest Airlines (-1,05%) ne bénéficiaient pas de l’autorisation de leur fusion par l’Union européenne.

Mardi, Wall Street avait connu sa plus forte progression depuis plus de quatre mois. En décidant de laisser inchangé son taux directeur à 2%, tout en notant à la fois des pressions continues sur la croissance et l’inflation, la banque centrale (Fed) avait permis au Dow Jones (+2,94%), au S&P 500 (+2,87%) et au Nasdaq (+2,81%) de finir en forte hausse. D’autant que les cours du pétrole avaient poursuivi leur repli, apaisant les craintes sur les risques inflationnistes.

Le marché obligataire était en baisse. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans montait à 4,070% contre 4,007% mardi soir, et celui à 30 ans à 4,688% contre 4,629% la veille.

NyseNasdaq

 06/08/2008 20:26:34 – Â© 2008 AFP