Webmanagercenter
Suivez-nous :

    Tunisie: Nos étudiants et le handicap de la langue

  • Par Sondes Khribi khlifa
  • Entretiens avec des étudiants candidats à un mastère professionnel, entretiens à réaliser –théoriquement- en langue française. J’ai fini par laisser tomber, et parler arabe, ou plutôt, cette langue hybride, arabe/français. Très mauvaise chose, oui je sais. Sauf qu’on est bien obligé de communiquer, à la fin….

    En première année déjà, on reçoit des étudiants de trois catégories…

    1- Ceux qui sont à l’aise en français, parce que papa et maman parlent bien cette langue, mettent TF1 le soir, et lisent des journaux français.

    2- Ceux qui font visiblement beaucoup d’efforts, ont travaillé dur, et parviennent à formuler des phrases (à peu près) correctes, en mettant un peu plus de temps, il faut le dire, que les autres.

    3- Et enfin, la catégorie majoritaire, celle des étudiants qui connaissent des mots du français, mais quand ils parlent ou écrivent, on dirait un télégramme à envoyer: «moi travailler banque», «dans le futur, moi je voudrais travailler dans une banque», etc.

    Ce n’est pas que je préfère que les études se fassent en français, ce n’est pas la question, mais au moins, quand on choisit une langue pour acquérir le savoir, il faut s’y tenir. Ca peut d’ailleurs être l’arabe, l’anglais, ou même le chinois (paraît-il la première langue parlée dans le monde…). Ce n’est donc pas un écrasement identitaire au profit du français.

    Que faire?

    On ne peut pas corriger les lacunes d’un système, en deux jours. En un mois. En un an. Mais alors, quand est-ce qu’on va s’y mettre? Peut-on apprendre le français à un étudiant en troisième année, à 21 ans, et en quelques mois…? J’ai essayé de travailler dans ce sens, en créant un club de littérature. J’y invitais les étudiants à découvrir un livre, dont je lisais quelques passages, je parlais de l’auteur, du contexte, etc. Mais ça n’a pas vraiment marché. Les étudiants qui étaient intéressés et qui venaient au club (mercredi après midi, après les cours donc) étaient déjà bons en français! C’était des gens qui lisaient déjà, de temps en temps…Or mon objectif était surtout de recruter les «mauvais en français», de leur donner l’envie de lire et d’améliorer leur français par la pratique, pas les bons… Les bons étaient déjà bons.

    On finit à la fin par se dire: qu’est-ce qui est le plus important, le message ou la langue? La langue étant un vecteur de communication, un outil, l’objectif est et restera: la communication, c'est-à-dire transmettre un message. Alors dans ce cas, je préfère un schéma à un discours, ou un texte mal écrit, à la limite de l’incompréhensible.

    Nos étudiants sont très intelligents… mais

    Ils sont malheureusement handicapés par la langue. Ils ne maîtrisent vraiment aucune des trois langues qu’ils sont sensés maîtriser. L’arabe, c’est le parent pauvre. Le français, c’est celui de FB et des texto (SMS), avec des abréviations, des chiffres pour remplacer certaines lettres, etc. L’anglais, lui, c’est du chinois.

    L’étudiant n’arrive pas à écrire, sur sa feuille, dans les codes du français académique, les mêmes idées, génialissimes, qu’il expliquerait si bien à l’oral… L’handicap de langue est considérable, et il isole et limite énormément le potentiel de l’étudiant.

    La langue est la clé -au sens premier- de toute connaissance. Maîtriser une langue donnée, c’est disposer des outils qui nous permettent d’exprimer nos pensées, de mettre des mots dessus. Maîtriser la langue, c’est aussi être capable de comprendre un débat à la télé, comprendre un article lu quelque part, s’ouvrir sur le monde, et la connaissance en somme.

    Que faire dans l’urgence?

    Le plus important ce serait que l’étudiant puisse exprimer ses idées. Demain dans l’entreprise, il ne va pas forcément parler en français, il va utiliser certains concepts, traiter certaines procédures, en français ou en anglais d’ailleurs. Mais il va parler sa langue natale avec ses collègues, c’est certain. Mises à part des entreprises particulières qui travaillent dans des domaines particuliers, le français sera surtout utilisé dans la rédaction de rapports, et de notes ou de projets, etc. Laissons au moins à nos étudiants la chance d’exprimer leurs idées. Surtout dans les domaines de l’entrepreneuriat, c’est l’idée, l’envie et la compétence d’abord. Le plan d’affaires peut être très bien conçu et pensé, dans la tête de l’étudiant, sans qu’il soit capable de le formaliser… Je ne sais pas si Bill Gates ou Steve Jobs avaient écrit quelque chose, tout était pourtant si clair dans leurs têtes…

    Une stratégie…

    Le problème de la langue ne se résout pas en quelques mois. Il faut une stratégie, une volonté politique, avec des programmes et une infrastructure. Par exemple des bibliothèques dignes de ce nom dans les universités, et où il fait bon s’installer et lire, d’hiver comme d’été. Des bibliothèques qui seraient des lieux de vie, avec des grandes fenêtres qui donnent sur des jardins, avec des chaises confortables, un par terre propre, un espace cafétéria, des micro ondes en accès libre, pour chauffer son repas. Des bibliothèques avec des imprimantes en accès libre pour faire autant de photocopies qu’on le veut, sans être obligés de faire la queue la moitié de l’après midi et de perdre tout goût de lecture…

    C’est trop demandé?

  • - Tous les articles sur Enseigement supérieur

© webmanagercenter.com | 15 Septembre 2011 05:00:00| Mots-clés : 6 commentaire(s)
DERNIÈRES NEWS
Galerie des entreprises
 
commentaires VOS RÉACTIONS À CET ARTICLE
  • bon courage.    posté le 21/09/2011 a 19:41:41

    Merci d'avoir abordé ce sujet.et j'imagine combien vous devez être fatigué après chaque entretien.mais est ce la faute des étudiants ou celle des régimes successifs qui n'ont pas su garder cette richesse qu' on avait la chance d'avoir, nous qui avons connu la première période de bourguiba. ne désespérons rn pas et aidons les à aimer la lecture et à vouloir se parfaire.ben ammar

    par mlben ammar
  • Organiser ses idées puis les exprimer    posté le 17/09/2011 a 18:43:24

    Tous mes encouragements pour avoir abordé ce sujet:
    je travaille avec des ingénieurs tunisiens qui parlent le français tunisiens, une partie des malentendus de communication dans le monde professionnel viennent de l'étape précédant l'expression. quelle est l'idée que je veux exprimer, qu'apporte t elle, en quoi s'inscrit elle dans la discussion en cours, quel est mon point de vue, ma position, comment la défendre? si cette étape est claire, même avec un vocabulaire limité, et une faible maitrise du français , il est facile de se comprendre. si le français est maitrisé c'est un plus.

    par Vermont
  • la langue    posté le 17/09/2011 a 16:28:25

    Effectivement, c est un constat que l'on retrouve partout.denrée rare les jeunes qui maîtrisent parfaitement une langue. ils sont tous des hybrides. on parle de chômage amis je n'ai pas vu un seul chômeur essayer de s'améliorer ou se perfectionner dans une langue quelconque durant la période de chômage. pourquoi ne pas lire des magazines, des journaux, ... il faut que les jeunes prennent consciences qu'il doivent s'améliorer.

  • hi hon hi hon    posté le 15/09/2011 a 20:13:35

    Le handicap est voulu et la honte est assumeé,ces "povres" revendiquent un haut de forme que hante une petite tete hirsuite revant d un honoris causa hideux a souhait

    par babay chekib
  • Pas seulement    posté le 15/09/2011 a 17:52:27

    Ce problème de langue concerne aussi les journalistes (pas tous heureusement), vous n'avez qu'à lire les articles dans les journaux électroniques et vous vous rendez compte qu'on peut écrire un livre assez volumineux avec les "perles" qu'on y trouvent.

    par Ali
  • Le handicap...    posté le 15/09/2011 a 14:14:21

    Le mot «handicap» commence par un h aspiré. on l'écrit et on prononce comme suit: le handicap comme la hache, le hibou...

    merci
    b. ghariani

    par Béchir Ghariani
Nom :
Email :
Titre commentaire :
Commentaire* :
A propos des commentaires
Les commentaires sont de type modérés, ils doivent respecter les règles de conformité à la loi et de bienséance. Les commentaires de type racistes, haineux ou d'attaques sans arguments fondés, qui mettraient en cause une personne d'une manière injurieuse ou diffamatoire, ou qui alimenteraient des rumeurs, notamment, ne seront pas validés.
Certains commentaires, compte tenu de leurs intérêts, peuvent faire l'objet de publication dans l'espace Tribune des lecteurs.
GALERIE DES ENTREPRISES (Annuaire)
  SOBBIS    Smart Business Center    LA POSTE TUNISIENNE    SERVICES PNEUMATIQUE HYDRAULIQUE    ASTUCES MAISON    ORADIST    SICAD COALA    Eleonetech